Les chroniques de Fofo Bernard

Fofo Bernard, c’est Bernard Capo-Chichi. Il est chimiste à la retraite, il a longtemps travaillé à
l’Institut de Mathématiques et de Sciences Physiques de Porto-Novo (Bénin). C’est un fin connaisseur
des problèmes de l’accès à l’eau et de la qualité de l’eau au Bénin. Ses « Lettres du Bénin » occupent
une place de choix sur le site spécialisé aqueduc.info

Mare Sacrée de Gobada (Savalou)

La mare sacrée aux silures de Dékammè à Gobada (commune de Savalou) est une véritable institution dans le village. Elle ne tarit pas tant que ses interdits sont respectés à la lettre, comme ne pas pêcher ses silures. Elle est la Grand-mère du village pour avoir vu naitre et avoir lavé tous les nouveaux-nés. Elle était déjà là avant la naissance de tout le monde dans le village. Gobada est un pays de granite, et de sable blanc et granuleux, matériaux utilisés dans la construction des routes et des bâtiments.

La rivière Agbado (Savalou)

La rivière Agbado, près de Savalou, est la source d’approvisionnement en eau potable de la ville et des environs. Pendant la saison sèche qui dure plus de six mois (Novembre à Mai), les jacinthes d’eau ou peste d’eau recouvrent toute sa surface. Une invasion qui est une menace potentielle à la qualité de l’eau, dans une région où les eaux de surface sont une manne du ciel. Un danger que les pouvoirs publics ne voient pas venir.  » Mais il vaut mieux prévenir que guérir »

Le Tchinkumè

L’eau, c’est aussi un élément culturel et cultuel. Voici  » sin’hun », littéralement la musique à base d’eau. Plus simplement le tchinkumè, francisé en tchink-systèm, est en passe de devenir une musique nationale. A Savalou et traditionnellement le sin’hun accompagne les inhumations. Aujourd’hui, elle est une musique de réjouissance très populaire au pays. Eh oui, on peut faire danser le monde entier avec une gourde et deux calebasses renversées sur de l’eau.

Termitière

Eau, quand tu nous manque! La sagesse populaire veut qu’à la base de chaque termitière, il y ait de l’eau en abondance. Ce  » principe » est mis à profit par les populations pour rechercher les lieux où on peut réaliser les forages. Vrai ou faux, nos scientifiques devraient se pencher sur la question! Sur la photo, une termitière près de Tchetti, arrondissement de la commune de Savalou.